5 octobre En défense des revendications L’interview du secrétaire de l’Union départementale de l’Isère

, par udfo38

Est-ce que les syndicats, vous voulez faire du pouvoir d’achat l’un des enjeux de cette présidentielle ? C’est dans six mois seulement.

Nous chez Force ouvrière, on est libre et indépendant des partis politiques et on n’a jamais fait d’appel au moment des élections. En revanche, il faut qu’on se mobilise. Ça fait 18 mois qu’on subit cette crise sanitaire et les salariés sont les premières victimes de cette crise sanitaire. Donc il faut effectivement qu’on mobilise, on y travaille depuis un certain temps et je pense qu’effectivement, il y aura du monde aujourd’hui dans la rue.

Vous demandez aussi l’abrogation du pass sanitaire, pour les travailleurs notamment. C’est le rôle d’un syndicat d’intervenir dans ce débat sanitaire ?

Sur le pass sanitaire oui. A Force ouvrière, on n’a pas appelé pour ou contre la vaccination par exemple, ça ce n’est pas le rôle d’une organisation syndicale.

En revanche, durant l’été, il y a eu un certain nombre de mobilisations les samedis, où il y a eu du monde dans la rue. Force ouvrière a envoyé un signal, a invité nos militants et à nos adhérents qui le souhaitaient à participer à ces mobilisations, notamment avec comme revendication l’abrogation du pass sanitaire et des lois liberticides.